Chroniques d’Hélène Testud, ancienne résidente de la P’tite Boutique

Chroniques d’Hélène Testud, ancienne résidente de la P’tite Boutique

En cette période de repli dans nos logements, nous souhaitons garder le lien et faire vivre la solidarité du quartier.
Chaque jour jusqu’à la fin du confinement, nous vous proposerons donc une contribution proposée par un-e voisin-e !
Envie de contribuer ? Ecrivez-nous ! Toutes les idées sont les bienvenues : charlotte.ciabrini@assohdb.fr
Prenez soin de vous !

Hélène Testud, ancienne résidente de la P’tite Boutique et habitante du quartier, partage avec nous ses pensées et son quotidien, après une semaine de confinement.

Le temps où je venais tous les matins à la P’tite Boutique de la MJC me paraît loin, d’un autre temps, presque d’un autre monde, celui d’avant le confinement…

Dire que le temps s’est suspendu est un doux euphémisme, j’ai l’impression d’être entourée d’un nuage cotonneux  qui de temps en temps prend des allures de pieuvre avec des tentacules immenses qui m’empêchent d’aller d’un point en un autre. Je transforme mes 35 mètres carre d’habitation en immense domaine…

Mais bon un peu plus prosaïquement, j’ai le temps de faire ce que je n’arrivais jamais  à faire du temps d’avant le confinement : un monstrueux ménage du sol au plafond mais je ne dois pas être la seule… Des gâteaux aussi… Je me surprends à faire des choses imbéciles, que je n’aurais jamais faites du temps d’avant le confinement, comme m’abonner aux newsletters de Voici et Gala,  de faire en parallèle 4 parties de scrabble numérique, mettre des posts toutes les deux minutes sur Facebook, bourrer mon Instagram de photos médiocres…

Tous les soirs  à 20h, je fais un peu de raffut à ma fenêtre en solidarité avec le personnel hospitalier… Si ça pouvait alléger leur fardeau, minimiser les risques qu’ils prennent… J’espère que le bruit va jusqu’à l’hôpital Tenon tout à côté !

Je me surprends à être grave jalouse de Mathieu Ricard non-confiné au fin fond du Népal qui fait une intervention par Skype à la télévision ou de Léa ma colocataire de la P’tite Boutique qui crapahute au Japon en toute liberté de mouvement… Mais ce sentiment ne m’habite pas bien longtemps.

La télévision devient ma meilleure amie, constamment à me parler… A me distiller avec abondance jusqu’à vomir des « conseils pour lutter contre le coronavirus »,  jusqu’à me pavloviser : dès que j’entends le jingle  anxiogène du spot de prévention,  je me récite mentalement les mantras salvateurs : se laver les mains, tousser dans son coude, rester chez soi… Jusqu’à devenir presque hystérique avec les « prends soin de toi » ou « reste chez toi ». Je me surprends à surveiller mon corps, attentive aux hypothétiques premiers symptômes… Mais non je ne deviens pas folle à part ça ,  je fais du stock, beaucoup de stock, pour quand on reviendra à la « normale », je commence des collections, je termine des projets abandonnés autrefois pour cause de manque de temps… Je repense mon marketing… J’apprends de nouvelles techniques avec les tutos-DIY glanés sur le net,  Je pense à mes dépôts en boutique qui ne me rapporteront rien ce mois-ci, mais j’arrête car les larmes me montent aux yeux… Et pour me consoler je pense que je pourrai continuer à écrire cette pièce de théâtre que j’ai tant de fois commencée sur « Chealsy Maning », la lanceuse d’alerte.

Mais bon après cette semaine les chiffres ne sont pas bons, un médecin, le premier vient de décéder de cette saloperie, on parle de confinement renforcé,  et le ciel  est trop bleu.

Et si notre monde virait à la plus noire des dystopies…

Posté par : dans Chroniques de confinement le mardi 3 mars 2020
Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

close window

MJC "Les Hauts de Belleville"

Horaire d'ouverture des bureaux

Lundi, Mardi et Jeudi : 14H - 22H

Mercredi et Vendredi : 9h - 22h

Samedi : 9h - 20h

Dimanche : 10h - 18h


Venir à la MJC Les Hauts de Belleville

En métro

ligne 11 : station Télégraphe ou Porte des Lilas
ligne 3 bis : station Saint-Fargeau

En bus

n° 96 et n°61 : arrêt Saint-Fargeau
n° 60 arrêt Borrégo.

43/45 rue du Borrégo
75020 PARIS
Tél : 01.43.64.61.00
Fax : 01.43.64.33.09
close window